fbpx
Trois parallèles entre séduction et freelancing

Trois parallèles entre séduction et freelancing

Ces traits communs sont importants car ils sont transverses aux deux domaines donc fondamentaux. Dans cet article je vais te révéler trois points communs importants afin de te permettre de passer au dessus et d’être plus serein.e.

Je peux te parler de cela parce que je me suis passionné du vaste sujet de la séduction lorsque j’étais grand timide.

Aujourd’hui si tu me découvre au travers de ce contenu, j’aide les freelances à trouver + clients chaque mois pour + de stabilité et de sérénité.

Je te laisse découvrir à présent ces 3 fameux parallèles :-).

La loi du besoin

Qu’est ce que ça veut dire concrètement ?

Quand tu n’as pas de client.e.s, vraiment aucun ou alors très peu, souvent tu as du mal à en trouver.

Tu as l’impression de tout bien faire et pourtant ça ne vient pas. Tu ne sais pas ce que tu vas avoir à la fin du mois et tu stresses.

Pourtant tu es sur les plateformes de freelances. Tu as redis pour la 100ème fois à tes ami.e.s ce que tu faisais et rien n’arrive.

Tu as besoin de nouveaux client.e.s rapidement !

Ici on retrouve la même chose en séduction. Il peut arriver certaines périodes où il est complexe de trouver une personne qui nous plaît.

Même en étant proactif rien, « nada ».

Malgré des approches (respectueuses) en journée, en soirées, corrélées avec une application de rencontre.

Si tu es une Femme, peut être qu’à ce moment là tu sors plus avec tes copines, tu es sur une application aussi et finalement tu ne rencontres personne qui te correspond.

Tu tentes alors avec encore plus d’ardeur et finalement toujours le même retour !

Enfin, aucun.

A ce moment là cela ne fonctionne pas pour différentes raisons que je vais t’énumérer :

  • Ton énergie;
  • Ton attachement au résultat;

Ces deux points sont très liés !

Ton énergie car tu n’es sûrement pas dans la bonne. Tu le sais surement, le négatif attire le négatif. Alors fais en sorte de te mettre dans une bonne énergie.

L’attachement au résultat car tu as besoin.

Cela va se ressentir et ça va faire fuir ton interlocuteur.

Quand tu veux vraiment quelque chose et que la personne te dis non, selon ta réaction elle verra que cela t’a affecté.

Prends le comme un jeu. Je sais que c’est complexe surtout quand tu dois payer les factures à la fin du mois. Ceci dit si tu es trop stressé.e cela sera inefficace alors continue de mettre en place des actions (et même davantage) avec un ton plus « léger ».

La peur du rejet

Dans le cas de la séduction si tu es un homme tu vas forcément aborder les femmes qui te plaisent.

Ceci dit rien ne te dit que cette personne va te dire « oui » ou « non ».

Beaucoup d’hommes d’ailleurs sont paralysés (et je n’exagère pas) à l’idée d’aller parler à une femme et de se faire rejeter.

C’est pour cela qu’il existe des coachs en séduction, des livres et formations pour les aider.

La peur du rejet arrive avant la peur de la mort chez les humains. C’est incroyable non ?

Ton cerveau (le mien et celui de tout le monde) ne fait pas la différence entre un rejet ou une personne te dit par exemple « je ne suis pas intéressé », qu’une personne qui va t’attaquer.

Ton amygdale et une partie de ton cerveau vont s’activer et te préparer à un danger : mains moites, gorge serrée, stress intense, etc.

Quand tu es freelance tu peux ressentir cela au moment de prospecter, de relancer, de présenter ton devis.

Si cette peur est intense et que tu ne t’es pas désensibilisé cela peut être un vrai frein au développement de ton activité.

C’est pour cela que des personnes font de la création de contenus non par choix mais par défaut.

Que certain.e.s n’osent pas relancer leurs prospects et client.e.s alors qu’il est prouvé qu’il faut un certain nombre de relances pour signer.

Au moment de présenter ton offre / devis c’est pour cela que tu envoies souvent un email. Ou alors que tu n’oses pas traiter les objections et pars ainsi dans la justification.

Je pourrais citer d’autres exemples et le but n’est pas de faire une liste à la Prévert.

Il n’y a pas de secret (désolé), pour ne plus avoir peur du rejet.

Il est nécessaire de se faire rejeter.

Tu vas te rendre compte ainsi que c’est juste un « non ». Cela ne tue pas et cela n’est pas le rejet de toi en tant que personne ! Simplement de ton approche, ou autre. Sache que cela ne dépend pas à 100% de toi alors sois tranquille.

Tu tombes peut être un mauvais jour tout simplement.

L’inner game ou le jeu intérieur

Il y a 3 choses que tu contrôles dans la vie :

  • Tes actions;
  • Tes réactions;
  • Ton état d’esprit.

Le jeu intérieur est plus lié à ton état d’esprit.

Si déjà ton dialogue intérieur n’est pas le bon, comment vas-tu communiquer de la bonne façon avec une autre personne ?

C’est pour cela qu’il y a de plus en plus de préparateur mentaux pour les sportifs de haut niveaux.

Si on prend un tennisman qui joue en professionnel. Bien sûr qu’il sait faire un super revers. Il s’entraine tous les jours ou presque pour, ce n’est pas un soucis d’entrainement s’il perd (pas souvent).

Si son dialogue intérieur pendant le match n’est pas le bon il va le perdre et même si la personne en face est moins forte.

Pour être au top il est nécessaire d’optimiser le « package » (actions, réactions, état d’esprit).

Tout est important et connecté.

Si tu pars perdant pour présenter une offre à un prospect en te disant  » je suis sûr qu’elle va me dire … ». Devine quoi ? ça va arriver !

« En ce moment j’ai du mal à avoir des personnes intéressées par ce que je fais… » si tu te focalises là dessus, tu vas obtenir ce résultat.

Avoir un mental de gagnant.e ça se travaille ! C’est un effort de tous les jours et la récompense en vaut l’investissement.

Pour y arriver avoir un pourquoi fort et avoir un objectif (bien défini, précis et qui te tient à cœur) sont un bon point de départ.

Conclusion – freelancing et séduction

Tu l’as vu les parallèles entre séduction et freelancing sont bel et bien présents. Lequel t’ a le plus marqué et qu’est ce qui fait que c’est le cas ?

Je serais ravi d’échanger avec toi sur ces sujets !

Si tu veux aller plus loin tu peux prendre rdv avec moi.

Je te souhaite une magnifique journée,

Aurélien

Les étapes pour travailler son positionnement en tant que freelance

Les étapes pour travailler son positionnement en tant que freelance

Être freelance, c’est se lancer dans une aventure que l’on construit soi-même de A à Z. Pour débuter, il est essentiel de faire une rétrospective sur ses ambitions, ses objectifs et la façon dont on veut les atteindre.

Ce questionnement passe par l’étape du positionnement, autour de laquelle gravite plusieurs points à aborder.

  1. Une étape clé, faire son auto-évaluation
  2. L’importance de la spécialisation
  3. Être remarquable sur son marché !

1) FAIRE SON AUTO-ÉVALUATION

La première étape pour un freelance, c’est faire son analyse, son auto-évaluation. En effet, il est important d’élaborer ses objectifs et ambitions en fonction de son profil. Et pour cela, vous l’aurez bien compris, il est nécessaire de connaître son profil, ce qui n’est pas toujours le cas.

Une méthode efficace à mettre en place dans cet objectif, la méthode ikigai.

Il s’agit de faire la corrélation entre :

  • Ce que vous aimez
  • Ce pour quoi vous êtes doués
  • Ce que vous avez à apporter
  • Ce pour quoi vous êtes payés

C’est une réponse à vos objectifs dans votre activité.

L’intention sera de donner une réponse concrète aux questions suivantes : pourquoi je veux devenir freelance ? Qu’ai-je à apporter en tant que freelance ?

Il convient également de « s’auto-questionner » sur ses compétences ! Le but est de sélectionner des profils sur lesquels se positionner et les hiérarchiser en fonction de vos compétences. Un système de notation est idéal dans ce cas.

Prenons un exemple, vous êtes freelance en consulting dans le domaine du marketing.

Vous devez alors hiérarchiser chaque pôle marketing en fonction de vos compétences et les classer pour savoir quel(s) profil(s) mettre en avant.

  1. SEO : 5/5
  2. Data Analyst : 4,5/5
  3. Chargée d’études média : 4/5
  4. Traffic Manager : 2/5

Le système de notation ici vous permets de hiérarchiser les compétences, vous mettez donc en avant vos compétences en SEO, en analyse de données et étude des médias.

Enfin, être freelance c’est savoir mettre son profil en lumière et raconter son histoire au prospect. Cela donne du cachet et de la crédibilité à votre profil. C’est aussi un point d’accroche pour le prospect.

2) L’IMPORTANCE DE LA SPÉCIALISATION

Se spécialiser sur une ou plusieurs activité(s) permet de gagner en clarté dans son positionnement !

Sur un marché de freelance en plein développement, il apparaît être astucieux de choisir un secteur niche rentable afin d’éviter de se lancer dans un secteur trop concurrentiel où votre offre risque de se noyer parmi la multitude d’offres déjà présentes.

Un point essentiel, c-a-t-é-g-o-r-i-s-e-r ! Vous devez être le plus clair possible et faciliter le travail de recherche de votre prospect. N’oubliez pas, sur le marché actuel, le client a beaucoup d’offres et peu de temps. Faites-en sortes qu’il trouve ses réponses le plus rapidement possible en lui mâchant le travail au maximum.

Catégoriser vous permettra également de gagner en précision dans vos actions et d’être plus agile en fonction du type de client que vous aurez en face de vous.

Enfin, se positionner permet de travailler son expertise métier et la faire valoir auprès du prospect. Cette expertise permettra d’appuyer votre crédibilité en tant que freelance, ce qui aura un impact direct sur votre activité à moyen terme.

3) ÊTRE REMARQUABLE SUR SON MARCHÉ

Au travers de votre positionnement et de la façon dont vous gérez votre activité, soyez remarquable !  

Prenons l’exemple de la vache pourpre, développé par Seth Godin, et qui est à appliquer dans votre cas.

Imaginez-vous dans un train qui parcours des champs et prairies, vous y voyez des vaches, qui, au bout d’un certain nombre, n’offrent plus rien d’intéressants.

Sauf qu’au bout de la 50ème vache croisée, vous en apercevez une de couleur pourpre. Logiquement, cette vache attire votre attention par sa singularité, Elle ne ressemble à aucune autre vache croisée jusqu’ici.

L’objectif pour vous, en tant que freelance, est de s’apparenter à cette vache pourpre. Et donc de se différencier de la concurrence dans votre offre.

Le positionnement, comme vu précédemment, est l’une des étapes qui mène à cette différenciation.

En effet, se positionner sur un secteur niche facilite le fait d’être remarquable.

En choisissant un marché distinctif, vous choisissez un secteur où le prospect est à l’écoute et où l’offre est moins présente.

Vous inversez donc stratégiquement la courbe du marché global actuel, avec une offre omniprésente et des consommateurs / clients qui ne sont plus à l’écoute et qui n’accordent plus de temps aux offres qui lui sont proposées. 

À retenir,

Travailler son positionnement en tant que freelance se fait au travers de différentes étapes linéaires et multisectorielles :

  • Travailler son profil et ses compétences au travers d’une auto-évaluation afin de hiérarchiser vos aptitudes et leur mise en avant auprès du prospect. Cela peut également avoir un impact sur votre tarification.
  • Se spécialiser sur un ou des secteur(s) clés et les catégoriser pour gagner en clarté dans votre offre et appuyer votre expertise aux yeux du client. Le but est d’accorder une crédibilité et une légitimité à votre activité.
  • Savoir se rendre remarquable sur son secteur. Votre offre doit se différencier de celle de vos concurrents afin de ne pas se noyer dans la multitude d’offres existantes. Une étape nécessaire à cela, se positionner sur un secteur niche. Ce positionnement vous permettra d’évoluer sur un marché avec des prospects réellement intéressés par votre offre et des concurrents moins nombreux. 

Je terminerai en remerciant, Aurélien Vezzani de Becomingreater, de m’avoir donné l’occasion d’écrire cet article de blog.

David Huysentruyt de chez Destination Client.

La peur de déranger en freelance

La peur de déranger en freelance

Pour échanger avec énormément de freelances et en accompagner, je me rends compte que certain(e)s ont « peur de déranger ».

Je connais très bien ce phénomène car il m’a impacté une certaine partie de ma vie. Aujourd’hui c’est de l’histoire ancienne (et j’en suis bien content) !

La peur de déranger se manifeste au moment de prospecter mais aussi lorsque tu fais des relances clients ou prospects.

(D’ailleurs si tu ne relances pas, tu perds des opportunités).

Globalement la peur de déranger t’empêche d’aller vers l’autre. ce qui te pénalise et le pénalise aussi.

Dans cet article nous allons voir pourquoi et comment améliorer cela.

Pourquoi se débarrasser de la peur de déranger ?

Comme le dirais l’autre :

La question est vite répondue.

Plus sérieusement, cette peur te bloque ou fait que si tu prends ton courage à 2 mains en allant vers l’autre cela ne sera pas efficace.

Pourquoi ? Car tu es convaincu que tu vas déranger et donc ça va être le cas. Car souvent ce que l’on se dit arrive.

Car tu vas aller vers l’autre dans une énergie ou tu te sens « inférieur » à lui.

Tu es disponible mais lui/elle est occupé(e). Donc on est en relation – / +

Alors qu’il faudrait être en + / +

Tu te dévalorises et tu survalorise peut-être ton interlocuteur et / ou alors tu n’est pas convaincu que tu as vraiment quelque chose de top à proposer à cette personne.

Aussi, tu as beau savoir comment relancer, avoir les bons mots au bon moment si ton langage corporel et ta voix ne sont pas en adéquation et que tu as peur de déranger ça va se sentir. 90% de ta communication c’est ton langage corporel et l’intonation de ta voix.

On va prendre un exemple. C’est comme si un ancien pilote de course avait eu un accident de voiture. Demain il a une course, il a une voiture qui a 500 chevaux sous le capot et qui est préparée, mais il a peur de reconduire. A ton avis va t’il gagner la course ?

Je ne pense pas te surprendre si je dis non. Il en est de même avec cette peur de déranger.

Tu l’auras compris, quand on est à son compte la peur de déranger est un véritable fléau. Petite parenthèse dans la vie perso cela à des impacts aussi.

Passons maintenant à comment réduire celle-ci

Comment réduire la peur de déranger ?

La première étape est déjà de s’en rendre compte.

Puis de se rendre compte précisément des moments ou tu ressens cette peur là puis d’établir le point commun de ces situations là.

Ensuite il y a un travail à faire au niveau de ton estime de toi et de ta confiance en toi.

Sois convaincu que ce que tu proposes, ça déchire ! Que c’est vraiment utile et important pour la personne avec qui tu souhaites échanger. Prend conscience de ta valeur et de tout ce que tu peux apporter ! Si tu ressens cela alors tu auras moins peur de déranger.

Après il serait nécessaire de creuser cela plus précisément à l’oral et là par article ou même en vidéo c’est complexe.

Selon toi, envoyer un message ou un email à une personne c’est la déranger ?

A quel moment on dérange selon toi ?

Puis même, ça veut dire quoi « déranger » pour toi ?

je t’invite à te poser ces questions, ce sera intéressant pour toi !

Aussi explique moi comment tu peux te mettre à la place de l’autre et anticiper sur ce qu’il va penser ?

Globalement, pour passer un palier et avoir moins cette peur là il sera nécessaire que tu prennes plus ta place. Tu as sûrement tendance à t’effacer un peu ou à te dévaloriser. Je me trompe ?

Il est déjà temps de passer à la …

Conclusion

J’espère que ces conseils / questions auront pu t’aider !

Si tu as envie d’approfondir et de te débarrasser une bonne fois pour toute de cette peur de déranger on peut en parler.

Je te laisse cliquer ici.

Une belle journée,

Aurélien

Tarif en freelance 💶- Sortir de la course aux prix bas

Tarif en freelance 💶- Sortir de la course aux prix bas

Pour certain(e)s freelances créatifs, développeurs et autres, le tarif devient le principal élément de comparaison pour leurs clients.

Ceux-ci vont rapidement expliquer le pourquoi et le comment du projet puis vont demander très rapidement « ça va coûter combien ? » Ou « Quel est votre TJM ? ».

Le freelance va donner celui-ci. Puis le client va faire le tour auprès d’autres freelances et va très souvent sélectionner le moins cher.

Le prix est le facteur principal qui va faire que tu seras retenu ou pas. De ce fait certain(e)s freelance bradent leurs prix pour avoir des missions. Au final ce n’est pas le plus profitable. Alors, comment sortir de cette course aux prix bas ?

Tarif freelance – Pourquoi cela se passe ainsi

Je vais te donner les raisons principales sans langue de bois.

Si tu te sens concerné par la situation que j’ai décrite c’est parce que tu ne maîtrises pas le cadre. Je m’explique.

Ton prospect (client potentiel) est venu à toi et te pose plus de questions que ce que tu n’en poses. C’est lui qui a le lead. C’est lui qui gère la situation.

En plus de cela vu que tu poses probablement peu de questions, tu deviens « exécutant » tu ne montres pas ton expertise. Donc tu as plus de chances que ce soit simplement le prix qui te distingue d’un ou d’une autre.

Tu dois reprendre les rennes de cet appel (car oui tu dois à minima avoir un échange oral avant de faire ton offre).

Même si c’est de l’exécution (en général c’est souvent cela au début, ou même tu peux très bien aimer cela) il y a faire et faire. Tu fais forcément différemment les choses qu’une autre personne et donc tu peux mettre certains points en avant.

Petite parenthèse. En général on commence par l’exécution puis on passe au conseil avec l’exécution et certain(e)s passent ensuite au conseil sans exécution.

Tu l’as donc compris si tu ne changes rien, tu seras « un prix » et donc très et même trop facilement comparable avec tes potentiels concurrents.

Comment sortir de cette course au prix bas

La réponse est simple :

N’y participes pas ! (à la course).

Ok mais plus concrètement comment je fais pour ne pas y participer si j’ai envie de gagner ma vie avec mon activité ?

Déja fait en sorte de ne pas etre un généraliste (mis à part si tu débutes) et de te spécialiser dans un domaine. Il existe pleins de types de spécialisations.

Je pourrais creuser ce point en long en large et en travers et j’ai fourni pas mal d’infos qualitatives dans mon ebook offert (sur la page d’accueil).

Ensuite il est nécessaire que tu t’intéresses davantage à ton client potentiel en lui posant plus de BONNES questions. Et pas juste 2-3 histoire de. Tu dois avoir envie de comprendre parfaitement sa situation :-).

Cela te permettra d’une de faire une offre bien plus précise et ensuite de comprendre les motivations profondes de ton prospect pour mieux mettre en avant ton offre adaptée.

Si tu appliques ces 2 points là tu peux clairement donner un nouveau tournant à ton activité.

Ce qu’il faut savoir

Tous les clients ne sont pas « bons ».

Oui, ce n’est pas parce qu’un client est intéressé qu’il faut forcément signer avec lui.

Vérifie un minimum que le projet te plaît, que tu vas faire au moins une marge.

Parfois certains clients peuvent te prendre un temps énorme car très exigeant. En plus imagine si tu n’as pas suffisamment borné les limites de ta mission et que tu as fait un tarif très abordable. Tu vas regretter d’avoir dit oui !

Ne tombe pas dans ce piège et ne sois pas animé(e) par l’énergie de la peur de manquer.

Globalement si tu attires souvent des personnes qui ont très voir trop peu de budget il sera nécessaire de changer quelque chose pour ne plus les attirer. Mis à part si cela te convient (mais permet moi d’en douter).

Les 2 modes de facturation

Il existe 2 modes de facturation :

  • TJM (Taux Journalier Moyen);
  • Le Forfait.

Avec le TJM tu es payé au temps passé sur la tache X ou Y ou Z (c’est toi qui choisis).

Avec le forfait tu es payé au résultat.

Bien sûr le plus avantageux est d’être payé au forfait ceci dit cela demande un peu d’expérience. Avant cela tu dois savoir estimer assez précisément le temps que cela va te prendre pour livrer le résultat.

Même si on te rémunère au TJM dans un premier temps fait en sorte que celui-ci soit correct avec ton niveau et ton expérience.

J’échange avec beaucoup de graphistes et motion designer qui sont à 250 e /300 e jour avec une bonne expérience et un portfolio riche avec de belles références.

Ne te sous vend pas, ça serait dommage pour toi !

Conclusion – Tarif Freelance

En guise de récapitulatif de cet article assez concis et pourtant qualitatif (mes chevilles vont bien) je dirais tout d’abord que tu dois avoir un positionnement qui déjà limite ta concurrence. Ensuite prend les rennes du premier contact avec ton prospect. Pose lui les bonnes questions. Montre clairement ta plus value et en quoi tu te différencies. Aussi, accepte de dire non à un prospect si tu ne le sens pas ou si tu sens que tu ne seras pas rentable. Le freelancing est ton métier donc soit rentable.

Si tu as des questions je te laisse me contacter et on pourra échanger.

Je te souhaite une magnifique journée,

Aurélien

Comment prospecter sur les réseaux quand on est freelance ❓

Comment prospecter sur les réseaux quand on est freelance ❓

C’est une question que tu t’es sûrement posée. Pour échanger avec pas mal de Freelance, je me rends compte que tout le monde a sa version quand il s’agit de « prospecter ». Pour certain(e)s c’est envoyer des emails, pour d’autres rechercher des offres. Ensuite certains prospectent lors d’événements (meetup & co), d’autres sur les plateformes.

Je pense que pour trouver SA manière de prospecter il est bien d’en tester plusieurs. Ainsi tu expérimentes et tu choisis (non par défaut) ce qui te va le mieux.

Au travers de cet article je vais te proposer une marche à suivre pour prospecter sur les réseaux sociaux au mieux si tu es freelance.

Avant de prospecter

Oui, avant de prospecter il y a une chose essentielle à savoir.

Tu vois de quoi je veux parler ?

Il s’agit de ta cible.

Quelle est-elle ? Tu t’adresses, aux entreprises, aux particuliers ? Quel âge ont-ils ? sur quels réseaux sont-ils ? etc.

Sans ces informations là tu ne peux pas prospecter.

Ou alors tu vas y passer un temps phénoménal et c’est dommage… car tu vas obtenir beaucoup de retours non positifs et cela risque de te décourager.

Après il reste possible de prospecter si tu ne connais pas encore précisément ta cible ou que tu veux la vérifier. Il y a différentes manières. Je garde cela pour mes client(e)s.

Une fois que tu sais cela c’est déjà un bon point.

Ensuite il va falloir passer à la demande de connexion / le premier message que tu vas envoyer à cette personne.

Envoyer un bon premier message pour prospecter

Dans la grande majorité des cas il n’est pas nécessaire de faire du « cold call » ou appel à froid en Français.

C’est le fait d’appeler directement une personne que tu ne connais pas encore et inversement.

Ce que je te propose une fois que tu as identifié ta cible c’est de lui envoyer un premier message sur un des réseaux ou elle est.

Mais entendons nous bien. Il y a premier message et premier message.

Comme le disais Les Inconnus : « Il y a les bons chasseurs et les mauvais chasseurs » idem ici.

Un mauvais message (et beaucoup en envoie encore) c’est un message tourné non vers l’interlocuteur mais vers soi.

Souvent c’est un message long (que je nomme pavé) et à la fin il y a toutes sortes de manière de joindre la personne. Son email, son téléphone, son portfolio, son instagram, limite son adresse postale.

La personne propose ses services alors quelle ne sait pas si la personne aurait un intérêt pour cela…

Je pense que tu vois ce que je veux dire. Pourquoi ? car tu as dû en recevoir au moins un comme cela.

Je voulais en partager un et puis je me suis rendu compte que je supprimais ces messages systématiquement.

Si tu es un minimum perspicace, tu te doutes bien que pour envoyer un bon message il faut faire l’inverse ;-).

Soit envoyer un message de taille convenable, tourné vers ton interlocuteur-interlocutrice.

Voici les quelques règles que devras suivre :

  • Saluer la personne;
  • Lui expliquer ta démarche et pourquoi tu « l’ajoutes »;
  • Lui poser une question pertinente;
  • Salutation de fin de message.

Maintenant que tu sais cela, on va voir quelque chose d’autant important et pourtant on pourrait croire que c’est « annexe ».

L’état d’esprit en prospection

Oui, qu’est ce que tu te dis au moment ou tu prospectes ? Comment tu te sens ? Quelle énergie as-tu ?

Réfléchis sérieusement à ces questions car elles sont importantes.

Si tu prospectes à la « dégouté » à la « va vite » tes résultats seront en lien avec cet état d’esprit.

C’est peut-être un peu farfelu pour certain(e)s je peux comprendre.

Pourtant c’est bien réel.

Je te conseille de prospecter à un moment ou tu te sens bien, ou tu as une belle énergie !

Si tu ne ressens pas cette bonne énergie assez souvent c’est qu’il y a quelque chose qu’il faudrait améliorer.

Toutefois je conseille de mettre en place une routine matinale qui te permette de trouver cet état jour après jour :-).

Pour cela je t’invite à consulter le livre « Miracle Morning » de Hal Elrod.

Prospection : La suite

Une fois que tu as fait ton premier message il y a plusieurs scénarios :

  • 1) Soit la personne te répond et de la naît une discussion / échange.
  • 2) Soit la personne ne te répond pas.

Dans le premier scénario c’est parfait il ne te reste plus qu’à continuer l’échange, faire connaissance et poser des questions pertinentes pour comprendre où en est la personne. Puis proposer de se téléphoner ou de faire une visio.

Dans le second scénario, tu t’en doutes tu vas devoir renvoyer un message.

Oui c’est un point très important. Trop de personnes s’arrêtent là et ne relance pas !

Alors là aussi il y a relancer et relancer.

Toutefois il faut à minima envoyer un second message, voir un troisième message. Puis s’arrêter ensuite bien sûr.

Peut-être que la personne est intéressée mais elle a simplement oubliée de te répondre.

J’ai de bonnes réponses parfois après un troisième message bien construit, alors pourquoi pas vous ?

Un bon message de relance prendra une autre forme. Il ne faut pas redire simplement ce que tu as dis dans ton premier message. Il est mieux de proposer un autre angle. idem pour le troisième;

Dans tous les cas conserve ton état d’esprit positif et ta bonne énergie !

Il n’est pas possible d’avoir un échange avec toutes les personnes que tu vas contacter. Il est nécessaire de l’accepter et d’être ok avec cela.

Le but de la prospection

Le but de ces messages quel est-il selon toi ?

Tu dois bien avoir une petite idée.

Oui il s’agit de créer une connexion (authentique). Puis de voir si tu peux ou pas apporter de la valeur à la personne et si celle-ci est à minima réceptive. Si c’est le cas alors :

Cela doit déboucher sur un premier appel afin d’approfondir.

Le but de la prospection par message est de générer des appels avec les personnes qui sont ouvertes et ou la discussion est assez fluide.

Pour cet appel là il y a aussi des choses à savoir pour qu’il se passe au mieux et ce n’est pas l’objet de ce présent article.

Qui sait peut-être un prochain ? 😉

Conclusion

La prospection sur les réseaux sociaux quand tu es freelance cela fonctionne bien, clairement. Si tu procèdes de la bonne manière en suivant les conseils que je t’ai donnés et que tu en fait un peu chaque jour tu vas augmenter ton nombre de clients.

Cela va devenir une routine et tu pourras chaque jour échanger avec des personnes qui vont apprécier cette démarche.

Je te laisse poursuivre de ton côté et si tu as une questions, contacte moi.

Une belle journée,

Aurélien