L’enfant intérieur c’est qui ?

l'enfant intérieur

 

 

 

 

 

Qui est l’enfant intérieur ? Tu as déjà entendu parler de lui ? Si tu ne le sais pas, ce n’est pas grave je vais te le présenter et tu vas voir que malgré qu’il soit haut comme trois pommes il est très important. L’article que je te propose aujourd’hui est tiré du livre « Guérir son enfant intérieur » de Moussa Nabati. Après une brève introduction, passons à la rencontre avec cet enfant intérieur sans plus tarder.

Révélation sur l’enfant intérieur

Je vais te faire une révélation. Tu n’es pas seul dans ta tête et moi non plus, en fait c’est le cas pour tout le monde. Chaque personne abrite son propre enfant intérieur.
Le passé ne s’efface pas totalement et c’est plutôt positif car il rappelle nos racines, d’où nous venons exactement.

Étant donné que nous sommes tous deux. Nous avons tous deux égos, et le « moi » adulte ne représente que la face visible de l’iceberg, la partie non visible est tenue par l’enfant intérieur. Ceci peut être illustré par le fait que certains hommes intelligents, avec un poste à responsabilités peuvent dans l’intimité devenir totalement manipulables et dépendants de leur épouse.

Il se peut qu’en tant qu’adulte on ne se retrouve plus dans ses choix. Il arrive que l’on souhaite une chose et son contraire, que l’on dise « c’était plus fort que moi », « je ne sais pas ce qui m’a pris » etc. Cela est bien souvent l’œuvre de l’enfant intérieur qui souhaite qu’on l’écoute et qu’on le comprenne.

L’enfant intérieur comporte deux facettes, sombre ou lumineuse, ceci en fonction de notre passé générationnel (du bagage de nos grands-parents et nos parents) ainsi que de notre propre vécu.
Dans un certain nombre de cas, l’enfant intérieur se positionne en persécuteur, et empêche l’adulte de vivre en paix. Bien souvent cela arrive lorsque l’enfance n’a pas été vécue pleinement, l’enfant s’est retrouvé trop tôt dans la position d’adulte.

Comment se manifeste l’enfant intérieur ?

L’enfant Intérieur peut devenir comme un fantôme, ce qu’il n’a pas vécu à un moment donné il va le vivre à un moment précis à l’âge adulte. Parfois absent depuis longtemps il va se manifester, en surgissant de nulle part sous la forme de symptômes gênants.
Toute chose incohérente, restée en suspens va réapparaitre après une période d’incubation sous forme de fantôme. L’enfance mal morte car non vécue va se transformer en fantôme venant hanter la personne. Les personnes « atteintes » du fantôme de l’enfant intérieur peuvent être capable de secourir les autres avec force et courage cependant pour eux même ils sont impuissants, inquiets, etc. Car l’enfant domine.

Plus l’enfant a été contraint dans son enfance au plus il va demander satisfaction de ses demandes en suspens. C’est notamment pour cela que les personnes âgées retombent dans l’enfance. Plus nous vieillissons plus nous connaissons notre enfant intérieur et donc au plus nous nous rapprochons de lui (si notre enfance a été complexe).

L’enfant a souvent vécu un mal d’amour, d’abandon, de mal traitance, même léger soit-il. Outre le fait de transmettre ses caractéristiques physiques, les parents transmettent également une hérédité psychologique et les non-dits de famille. Plus un enfant est petit plus il va ressentir les émotions de ses parents sans pouvoir les exprimer. Ici on se rend donc compte que l’éducation et les relations au sein du couple sont très importantes pour l’enfant.

Guérir son enfant intérieur

Pour guérir son enfant intérieur il est nécessaire de le rechercher, de l’écouter pour le comprendre et pacifier ses liens avec lui. Au lieu de cela dans notre société nous utilisons des médicaments, qui anesthésient la personne souffrante d’un mal psychologique au lieu de la réveiller. Ceux–ci ne traitent pas la cause du problème mais juste les effets. Cette méthode est donc inutile et prive le sujet de travailler sur lui-même et donc de résoudre son problème.
La société lutte contre le tabac, l’alcool mais pas contre les médicaments psychotropes qui sont gratuits. Cela doit certainement permettre de « tenir » les personnes dans un état léthargique et de les empêcher de réfléchir.

Nous devons donc au quotidien et dans les différents domaines de la vie, amour, travail, famille au-delà du masque d’adulte tenter d’identifier les agissements de l’enfant intérieur.
Il n’est pas possible de se guérir par la violence ou la force. Le fantôme ne se dispersera pas dans l’alcool, la cigarette, l’anorexie, la boulimie alimentaire ou sexuelle etc. Cela va simplement te soulager de manière artificielle et passagère. Image : Au plus on appuie sur un ressort au plus on augmente sa force.

Toute souffrance reconnue et assumée se métabolise, elle perd naturellement de son intensité et pourrait même se transformer en engrais qui va booster notre énergie !

L’addiction se caractérise par la confusion entre le désir et le besoin.

Devenir adulte ce n’est pas se débarrasser de son enfant intérieur mais au contraire de mieux le comprendre.

Dans notre société actuelle nous parlons souvent de dépression. Celle-ci s’applique au cas de l’enfant intérieur. De nombreux praticiens se trompent et confondent avec dépressivité qui s’applique au cas de l’adulte.

La dépression signifie la chute de l’humeur, soit un ennui, une tristesse, un manque de confiance, du pessimisme. Ceci va engendrer des blocages tels que l’isolement, l’effondrement de la volonté, de la fatigue, par exemple.
Il est normal d’avoir des fluctuations de moral, des hauts et des bas. Il ne faut simplement pas que cela soit trop fréquent et à des niveaux de différences trop importants.

La confiance en soi

Ce qui va prouver la maturité d’un adulte c’est sa capacité à rester en contact avec les objets et les personnes par un désir gratuit et non par besoin addictif. L’adulte doit pouvoir être patient, attendre. A l’inverse l’enfant, prisonnier du besoin vital non assouvi va exiger une satisfaction immédiate ou la plus rapide possible.

Avoir confiance en soi c’est croire sans artifice et gratuitement dans sa bonté profonde, son innocence, tout en ayant conscience de ses limites, en restant à distance des excès comme la prétention et le complexe d’infériorité.

Lorsque l’on s’aime, on s’accepte tel que l’on est, on ne se juge pas. Le manque de confiance en soi représente le reflet de la confiance que nos parents n’ont pas placé en nous.

L’enfant intérieur et les relations

De nos jours nous remarquons l’émergence depuis quelques années du supermarché de la drague avec les sites de rencontre. Certains sont à la recherche extrême de sensations excitantes et de rencontres multiples. Ceci démontre la présence d’un ancien état dépressif masqué contre lequel le sexe est utilisé comme antidépresseur et anxiolytique.

L’auteur nous apprend que les coups de foudre s’abattent sur les enfants intérieurs et pas sur les adultes. Lorsque deux enfants intérieurs « compatibles » se rencontrent le phénomène de coup de foudre apparait. Je pensais que c’était que du positif or ce n’est pas forcément le cas. Si tu as téléchargé mon résumé du livre l’art d’aimer (sidebar sur la droite) tu verras pourquoi 😉.

Il n’est possible de devenir adulte et de construire un couple habité par le vrai amour que si l’on réussit préalablement à se libérer du fantôme intérieur, c’est-à-dire retrouver ce que l’on n’a pas pu faire et être étant enfant et d’en faire le deuil.

Méli-mélo d’informations importantes

Avant de conclure cet article j’aimerai te partager des informations non classables dans les parties ci-dessus :

L’hyperactivité représente un mécanisme de défense contre la peur de la mort. Lorsque l’on est mort nous ne pouvons rien faire. Le fait de bouger et de faire x activités nous éloigne inconsciemment de la mort. Les personnes ayant peur de la mort ont tendance à faire plus d’activités que les autres individus.

La personne qui souhaite rester jeune refuse les limites du temps. Ici le petit enfant fut placé encore une fois trop tôt dans la position d’adulte. Il faut avoir été petit pour devenir grand.

La démarche du positivisme forcée et artificielle porte l’inconvénient majeur de déposséder le sujet lui-même en le détournant à long terme du face à face avec son intériorité. Cela l’empêche de rencontrer et d’écouter l’enfant intérieur prisonnier du fantôme intérieur pour le libérer.

Conclusion

Ce livre m’a particulièrement marqué, il est illustré de pleins de cas de personnes qui viennent consulter l’auteur ce qui permet de comprendre comment le passé de la personne et de ses parents influence son présent et pourquoi le fantôme de l’enfant intérieur apparait.

Cela m’a permis de faire le parallèle avec moi-même. Etant adolescent, j’étais allé voir une kinésiologue et celle-ci m’avait posé certaines questions sur mes parents et grands-parents. J’ai aussi pu comprendre le comportement de certaines personnes de mon entourage en connaissant un peu leur passé.

Ce livre bien que long était vraiment riche en informations utiles. Je pense que faire du développement personnel sans connaitre le concept de l’enfant intérieur et sans tenter de connaitre son propre enfant intérieur c’est rater quelque chose de très important et de fondamental.

Tu trouveras ici le lien pour acheter le livre :

PCL : Partage, Commente, Like 😉

A bientôt,
Aurélien

Partager cet article