Écoute petit homme (Résumé)

ecoute petit homme

 

 

 

 

 

Aujourd’hui je vais te faire le résumé du livre « Écoute petit homme » de Wilhelm Reich. A la vue de la quatrième de couverture je n’étais pas autant emballé qu’à l’accoutumé car ce n’est pas le genre de livre que je lis habituellement. J’ai décidé de « sortir de ma zone de confort » en me disant que j’apprendrai forcément quelque chose et j’ai bien fait. Au travers de cet article je vais donc te résumer le livre d’une certaine manière, en te présentant les notions importantes de développement personnel que l’auteur a mis en avant. Je vais donc volontairement ne pas relater la partie historique liée à la seconde guerre mondiale qui est fortement présente. L’entrée est terminée, place au plat de résistance !

L’auteur « Wilhelm Reich »

L’auteur est un psychanalyste / Homme de sciences / Psychiatre, né vers la fin des années 1800. Il fut l’élève de Freud et a beaucoup étudié la sexologie. De par ses origines juives il a dû quitter l’Allemagne pour partir dans différents pays. Il a bien sûr continué ses recherches sur la psychologie et la sexologie. Dans son livre « Écoute petit homme » l’auteur va faire une analyse de l’homme commun / moyen qui appartient à la masse prolétaire. Dans son récit il va donc parler au petit homme en lui relatant toutes ses peurs et ce qu’il devrait faire pour être en paix et ne plus être son propre oppresseur. Le ton de l’auteur face au petit homme et au lecteur est assez dur, sans retenue aucune.

L’auteur a analysé pendant des années le petit homme dans un contexte de guerre et il voulait lui apporter un message afin de l’aider à aller mieux et à lui ouvrir les yeux.

Les leçons du livre

Les leçons sont nombreuses notamment dans le contexte ou fut écrit cette œuvre qui est la seconde guerre mondiale, cependant les enseignements sont encore d’actualité.

J’emploierai le terme « d’homme » dans cet article comme l’auteur, mais bien sûr il englobe l’humain au sens large.

Le « petit homme » a tendance à imaginer les autres comme il est lui-même, c’est-à-dire que si tu t’imagines aimable et bon, tu penses que la majorité des personnes sont à ton image. Or l’inverse est vrai également. Ici nous rejoignons l’idée que notre mental joue un rôle important dans nos rapports avec les autres, si nous sommes bons et que nous pensons positif les autres auront plus de chances de nous renvoyer la même chose.

L’auteur va définir « l’orgone », comme l’énergie cosmique primordiale omniprésente dans l’univers, encore une fois cette notion est lié à mon article précédent sur la loi de l’attraction, tu peux le lire en cliquant ici.

Dans notre société nous n’apprenons pas à nous maîtriser, nous ne savons pas les erreurs que nous commettons dans notre façon de faire. En parallèle de cela nous avons peur du rejet de la critique, or la critique constructive est positive et nous aide à avancer. Le « petit homme » a peur de la puissance qu’on lui promet et qu’il possède, il n’a pas envie d’apprendre à la maîtriser donc il va laisser les « petits grands hommes » décider pour lui, de cette manière il n’a pas de responsabilités. Il va être fier des « grands hommes » mais pas de lui, il va davantage accorder du crédit à des choses qu’il ne comprend pas.

Certains êtres humains se méprisent et se dévalorisent en se disant : « qui suis-je pour avoir une opinion personnelle ? » Donc ils vont suivre ce que la masse pense et vont se convaincre qu’ils pensent la même chose.
La différence entre un « petit homme » et un « grand homme » n’est pas conséquente, une seule qualité les sépare. Le grand homme a simplement appris ou se situe la faiblesse de sa pensée et de ses actions, il sait en quoi il est petit homme parfois.

Le « petit homme » n’a pas en lui ce qu’il faut pour reconnaitre un homme vraiment grand des « petits grands hommes ». L’homme doit donc se cultiver, lire, voyager afin de grandir. Les hommes vraiment grands souhaitent du bien pour les autres à la différence des « petits grands hommes » qui veulent exercer simplement le petit pouvoir qu’ils ont sur les « petits hommes ».

L’auteur est convaincu que la sexualité et plus particulièrement la satisfaction sexuelle réglerait les problèmes de frustration du petit homme. Il conseille également d’aimer sa femme sans demander un certificat papier lui autorisant. Enfin, selon Wilhelm Reich il faut vivre la sexualité la nuit pour ne pas en être obsédé la journée et y être efficace.

Parfois l’homme va juger autrui d’anormal tout simplement parce qu’il n’est pas exactement comme lui, car il se prend pour le prototype de la normalité. Certaines personnes vont dénoncer les autres tout simplement car ils ne vivent pas exactement comme eux ou parce qu’ils ne saluent pas assez bas. Ces « petits hommes » se servent abominablement de leur petit pouvoir.

La meilleure image du livre

Dans son livre l’auteur utilise une image qui va apporter beaucoup au lecteur, il s’agit d’un aigle qui a couvé des œufs de poules. Celui-ci est convaincu qu’il va les élever et qu’ils vont devenir des grands aigles à leur tour. Il s’avère que l’aigle voit qu’il ne s’agit que de poussins. L’aigle est triste il a envie de dévorer ces petits poussins, mais il est convaincu que dans le lot il y aura un poussin qui va devenir un grand aigle. Les poussins ne se rendent pas compte que c’est un aigle qui les élève et non une poule, ils se contentent de manger ce que le grand aigle leur apporte et vont sous ses ailes lorsqu’il fait froid. L’aigle a espoir c’est pourquoi il continu. Or le « petit homme » refuse d’être un aigle, c’est pourquoi il est la proie des vautours et vit dans la peur…

Conclusion

Ce livre est riche en enseignements et se lit facilement. Si tu es intéressé par l’histoire de la seconde guerre mondiale tu vas trouver ton bonheur. Si tu veux toi aussi lire le livre « écoute petit homme » de Wilhelm Reich tu peux l’acheter ici :


Lâche un petit commentaire, abonne-toi à la page Facebook si ce n’est pas déjà fait (clique sur le lien sur la droite de la page ;-)).

Je te souhaite une belle journée et à très vite pour de nouveaux articles,

Aurélien

Partager cet article