Lis cela avant de te mettre en couple – l’art d’aimer

Par Aurelien|29 juin 2018|Relations|0 comments

Lis cela avant de te mettre en couple

 

« Aimer, c’est ce qu’il y a de plus beau … » ça te rappelle certainement une chanson ! Dans cet article je vais te faire un résumé du livre « l’art d’aimer » d’Erich Fromm. Toi et moi on a déjà été amoureux au moins une fois, enfin je l’espère pour toi. Cette belle aventure s’est terminée pour diverses raisons ou alors tu es toujours en couple et parfois c’est complexe. Dans son livre « Erich Fromm » va nous faire comprendre ô combien l’art de l’amour est complexe et s’y aventurer sans certaines connaissances n’est pas optimal. En même temps, te lancerais-tu à la construction d’une maison sans avoir de solides fondations ?

Introduction

Tout d’abord qu’est-ce que l’amour ? Est-ce un art ou est-ce une sensation agréable ? Si c’est un art il requiert de la connaissance et de l’effort, si c’est une sensation il est lié au hasard dans lequel nous pouvons tomber si nous sommes chanceux. Ce livre va se baser sur la première option : l’amour est un art.

Pour la majorité des gens le problème essentiel est de se faire aimer, c’est pour cela que les hommes enchainent les succès amoureux et veulent devenir puissants, riches et font de plus en plus du sport à outrance. Les femmes veulent plaire, prennent soin de leur corps etc.

En parallèle les deux sexes développent des qualités comme la bonne communication, la modestie, être attentionnée, et toutes autres qualités pour être une personne avenante.

L’homme comme la Femme cherche un partenaire attrayant, Or attrayant signifie changeant. En 1920 une femme qui buvait et qui fumait était attrayante, ce n’est plus le cas de nos jours.

On pourrait se poser la question, est-ce que deux personnes tombent amoureuses lorsqu’elles ont l’impression d’avoir trouvé le meilleur objet disponible sur le marché, tout en tenant compte de leur propre valeur d’échange ?

Beaucoup de personnes prennent l’intensité du début de relation comme intensité de l’amour, or cela ne révèle juste que notre propre degrés de solitude antérieure.

L’homme et la femme de nos jours ne se soucient que de ce que l’on peut voir et qui tourne autour de l’argent mais pas à ce qui ne se voit pas et qui pourtant nourri l’âme, comme l’amour.

Comme pour la musique, apprendre à aimer est un art avec une partie théorique puis une partie pratique.

Partie théorique

Fuir la solitude

Le besoin le plus profond de l’humain adulte est de fuir la prison de la solitude. Chez l’enfant le moi n’est pas développé totalement, il continue de ne faire qu’un avec la mère, il n’éprouve pas le sentiment d’être séparé d’elle aussi longtemps qu’elle est présente, or lorsque celui-ci grandit, la présence de sa mère ne suffit plus il lui faut surmonter sa solitude par d’autres moyens. Ici je vais introduire la notion « d’état orgiaque » défini par l’auteur comme un moyen d’aller mieux temporairement.

Un état orgiaque présente trois caractéristiques :

  • Il est intense ;
  • Englobe la personnalité (corps et esprit) ;
  • Il est périodique.

Tout d’abord il y a l’orgasme qui produit un état similaire à l’extase ou à certaines drogues. Il y a aussi l’alcool et le tabac, or les individus les consommant ont tendance à y recourir de plus en plus…

La seconde échappatoire est le conformisme, c’est-à-dire l’union au groupe, l’objectif est d’appartenir à la foule et de se conformer à ses coutumes, habitudes etc. ici nous avons un sentiment d’appartenance fort donc nous ne sommes plus seul.

Les modèles dictatoriaux recourent aux menaces pour créer le conformisme. Dans la démocratie, l’union de la foule de la majorité prédomine et nous avons la peur de nous éloigner de la masse, on se conforme donc plus que ce que l’on est contraint.

Le conformisme est présent de nos trois ans jusqu’à notre mort, nous ne sommes jamais seul.

Au travail, peu importe le niveau de celui-ci nos tâches sont prescrites, les loisirs sont routiniers, les films choisis par les distributeurs de films, nous ne sommes pas maître.

La troisième solution partielle est le travail créateur, celui de l’artiste ou de l’artisan qu’il soit agriculteur, menuisier etc. le travailleur et son objet deviennent un.

L’union symbiotique

Un exemple de l’union symbiotique serait le cas de la mère et de son fœtus, ils sont deux mais ne forment qu’un, ils vivent ensemble et ont besoin l’un de l’autre.

Dans une union par symbiose psychique les deux corps sont indépendants mais il y a un attachement psychologique.

La forme passive de l’union symbiotique est la soumission ou le masochisme. Le masochiste échappe à l’isolement en faisant partie d’une autre personne qui va devenir sa vie et son oxygène. Lorsqu’en plus cela se révèle sur la partie sexuelle tout son corps est soumis.

La forme active de l’union symbiotique est le sadisme, soit l’inverse. Il échappe à la solitude en faisant en sorte qu’une autre personne fasse partie de lui, d’un point de vue logique il y a une différence entre le masochiste et le sadiste mais sur le plan émotionnel c’est la même chose.

En quoi consiste l’amour ?

L’amour consiste à donner en premier lieu et non à recevoir. Dans donner il y a le mot don. Le don contrairement à ce que l’on pourrait penser est la plus haute expression de puissance, il faut faire preuve de force, de richesse pour donner. Prenons un exemple, lors de l’acte sexuel, l’homme donne sa semence, la femme également va donner dans l’acte de recevoir et notamment à son enfant par la suite.

Donner de l’amour veut dire donner sa joie, son humeur, son savoir etc. Pour donner véritablement l’humain doit avoir surmonté la dépendance de l’omniprésence narcissique, le désir d’amasser ou d’exploiter.

Les 4 interdépendances de l’amour

  1. Tout d’abord il y a la sollicitude de l’amour, exemple de la mère et son enfant. Si elle s’occupe bien de lui alors elle l’aime. L’amour et le travail sont inséparables, on aime ce pourquoi on peine et l’on peine pour ce que l’on aime.
  2. Ensuite il y a la responsabilité, cela signifie être capable de répondre et être prêt à le faire. Nous devons nous soucier psychologiquement de l’autre et l’aider.
  3. Puis il y a le respect car la responsabilité sans le respect donnerai lieu à de la dominance et de la possessivité. Nous devons désirer que LA personne s’épanouisse selon ses propres intentions, pas dans le but de nous servir nous-même. Il est nécessaire de se sentir un avec la personne mais telle qu’elle est mais non telle que j’ai besoin qu’elle soit en tant qu’objet.
  4. Enfin il y a la connaissance, nous devons pénétrer dans l’être (sans mauvais jeu de mots bien sûr). Pour cela il faut avoir eu une emprise sur quelqu’un à un moment donné. Comme un enfant démonte tout ce qu’il trouve pour le connaitre. Bien sûr il ne faut pas mettre à mal LA personne bien au contraire il faut la connaitre mais sans chercher à la manipuler.

L’amour du père et de la mère

Cet amour la est différent. L’amour de la mère est inconditionnel, l’enfant n’a besoin de rien faire pour que sa mère l’aime profondément. Jusqu’à l’âge de 8 ans environ, l’enfant ne ressent pas l’amour, il répond simplement avec reconnaissance à l’amour qu’on lui donne. Ce n’est qu’ensuite qu’il va donner, des dessins, des poèmes, etc. en preuve de son amour.

Le rapport avec le père est différent, celui-ci représente l’aventure, la loi, l’ordre, le divertissement, le voyage. Le père va former l’enfant, il va le guider. L’amour du père est conditionnel, je t’aime si tu réponds à mes critères, parce que tu me ressembles. Cet amour doit être mérité et il peut être perdu.

L’amour de la mère est la terre promise, la terre étant le symbole maternel. Celle-ci y est ruisselante de lait et de miel. Le lait symbolise l’amour, la sollicitude et l’affirmation. Le miel signifie la suavité de la vie, le bien être. Peu de mères sont capables de donner du miel, pour cela la mère doit être dans un état de bien être, le transfert d’état émotionnel de la mère à son enfant est contagieux.

Parfois certains parents restent ensemble même s’il n’y a pas une bonne entente dans le couple pour l’équilibre de l’enfant. Or l’auteur relate qu’une rupture franche est mieux qu’un mauvais climat qui dure.

L’amour c’est également accepter de bon cœur l’épreuve de la séparation et de continuer à aimer.

La partie sexuelle

Certaines personnes ont vite fait d’explorer leur propre personne et celle des autres, l’intimité pour eux s’établit dans le contact sexuel. Ici la personne est à la recherche de l’union corporelle en vue de ne plus être seul physiquement.

Le désir sexuel cherche la fusion des corps. Celui-ci peut-être stimulé par l’angoisse de la solitude, par l’espoir de conquérir, etc.

Nous constatons depuis la fin de la première guerre mondiale la présence d’ouvrages sur les techniques sexuelles. Des rapports sexuels gratifiants seraient la condition indispensable pour être heureux en amour. C’est pour cela qu’un grand nombre de livres prodiguent des conseils sur le comportement sexuel correct. Or, la cause des problèmes sexuels les plus fréquents, exemple la frigidité chez la femme et l’impuissance chez l’homme ne résident pas dans les techniques mais dans les inhibitions qui rendent l’amour impossible, soit la peur ou la haine de l’autre sexe.

Plus d’informations sur l’amour

Avant d’aimer quelqu’un il est nécessaire de s’aimer soi-même. Certaines personnes diront que s’aimer soi-même c’est être narcissique, or le narcissisme correspond au premier stade de développement humain. Dans la bible il est mentionné «  aime les autres comme toi-même », l’amour de nous-même est indissociable de celui des autres.

Il y a des personnes égoïstes qui ne s’occupent que d’elles-mêmes. Ces personnes veulent juste prendre et ne rien donner, elles ne peuvent pas aimer. Une personne égoïste aime trop peu, elle se hait.

Pour mieux comprendre l’égoïsme, on peut prendre le cas d’une mère surprotectrice. Consciemment elle pense avoir une affection particulière pour l’enfant mais elle nourrit une hostilité profondément refoulée. La tendance à surprotéger aurait pour but de surcompenser l’incapacité à aimer.

L’homme moderne

L’homme moderne a perdu le contact avec lui-même, avec les autres et la nature, il s’est transformé en marchandise. Les rapports humains sont devenus des rapports entre automates aliénés.

Outre le travail, l’homme surmonte son désespoir inconscient dans l’amusement, la consommation passive, dans les spectacles, le shopping, etc. Il consomme donc afin de chercher le bien être mais l’homme est un éternel déçu.

Des automates sont incapables d’aimer, ils ne savent qu’échanger un paquet de personnalité en espérant conclure un marché équitable.

Comme introduit précédemment l’amour de nos jours est complexe dans cette société capitaliste ou tout n’est qu’échange. Les personnes qui arrivent à aimer de nos jours sont rares. Il y a des changements à mettre en place dans la société pour que l’amour devienne un phénomène social. Toutes les activités de la société tournent autour de l’économie. L’homme au lieu de servir la machine devrait être servi par elle.

Conclusion

Tu l’auras compris au travers de ce résumé, l’amour est vraiment complexe. Je m’en doutais mais j’en ai vraiment pris conscience au travers de ce livre. Tu détiens désormais toi aussi des informations principales quand à ce sujet plus qu’important. J’ai enlevé de mon résumé la dernière partie. Si tu souhaites l’obtenir renseigne ton adresse email et inscris toi à ma newsletter. Tu recevras mon pdf complet gratuitement lors de la prochaine newsletter.

Si tu veux acheter le livre, tu peux passer par ce lien affilié : http://amzn.to/2FuqfeT

Aurélien.

Partager cet article:

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*